Nos derniers articles: 18-04-2022 10:32 : La Douane se défend «des accusations infondées» des commerçants 18-04-2022 10:22 : "Les taxes douanières n’ont pas changé depuis 2020" 24-03-2022 11:22 : Vente aux encheres publique au benefice de la Douane de Moroni 10-03-2022 12:26 : COMMUNIQUE DES CONDOLEANCES 10-03-2022 09:17 : Les Comores adhèrent à la Convention de Kyoto révisée (CKR) et deviennent la 130ème Partie contractante à la Convention 28-02-2022 09:32 : Quatre douaniers partis en formation au Maroc 26-01-2022 07:09 : Le Projet COVID-19 de l'OMD aide les douanes des Comores à renforcer leur capacité de réaction pour faire face aux événements perturbateurs 24-01-2022 02:37 : COMMUNIQUE DES CONDOLEANCES 08-01-2022 10:53 : Cérémonie de prestation de serment des agents des Douanes 08-01-2022 10:51 : Visite du Directeur Général des Douanes au Centre douanier de Moroni-Port

A propos de la loi de Finances rectificative : Jusqu’en août, 31 milliards récoltés sur les 81 milliards prévus pour l’année

28-06-2018 04:14
Les parlementaires avaient exigé les chiffres des recettes intérieures récoltées depuis janvier et les informations délivrées font état de 31 milliards obtenus. Au niveau de la douane, on parle d’objectifs atteints à hauteur de 80% pour les recettes à partager, 53 et 34 % pour la taxe unique pour un chiffre global de 62% pour l’institution. A en croire le secrétaire général de la direction générale des impôts et le directeur général des douanes, “la révision en baisse des 81 milliards initialement prévus est due à des mécanismes d’accompagnement mis en place tardivement”.

En compagnie de la direction générale des impôts (Dgi) et de la douane, la commission des Finances de l’assemblée nationale s’est penchée hier sur le projet de loi de Finances rectificative qui porte sur une prévision de 64 milliards de recettes intérieures.

À la sortie de cette rencontre d’échanges, le secrétaire général de la Dgi est revenu sur les raisons qui ont fait que le budget de 81 milliards initialement prévu n’a pas été atteint.
Les modalités opératoires susceptibles de permettre d’atteindre les 81 milliards annoncés n’ont pas été mises en place dans les temps. Raison pour laquelle, les réalisations effectuées ont fait que de janvier à août, nous sommes arrivés à 31 milliards. Bien que le dernier trimestre ait été encourageant, les collectes au niveau de la douane et des services des impôts ont été en deçà des attentes a expliqué le secrétaire général de la Dgi, Msa Mladjao

pour qui, suivant les propositions faites par les parlementaires, les 64 milliards prévus pour le nouveau projet de loi peuvent être revus à la hausse ou à la baisse.
En effet, les députés ont opposé une fin de non recevoir quant à la volonté du gouvernement de revoir à la hausse les taxes douanières de certains produits de grande nécessité.

Ainsi, à en croire les conclusions de cette rencontre, le riz ordinaire dont la taxe est de 40 francs le kilogramme ne connaitra pas de changement alors que le gouvernement voudrait passer à 50 fc.

Les matériaux de construction dont les taxes sont estimées à 5% ne seront pas concernés par la hausse des tarifs même si le gouvernement proposait de passer à 10%. Le dédouanement des voitures passe par contre de 500 mille à 750 mille pendant que la taxe sur le tabac passe de 200 à 300% et le vin de 250 à 350%.

Coopération étroite Douane-Agid

Le riz de luxe dont la taxe s’élevait à 150 francs le kilogramme va désormais passer à 200 francs. Pour le directeur général des douanes, les objectifs sont atteints à 80% en ce qui concerne les taxes douanières propres.
Nous sommes venus pour examiner et discuter autour de cette loi rectificative qui reste toujours ambitieuse. En ce qui concerne la loi de finances initiale, elle est revue à la baisse pour plusieurs raisons notamment des mesures d’accompagnement prises assez tardivement. Jusqu’en août, la douane a globalement atteint 62% de ses objectifs a estimé Kamaldine Soeuf.

Contraint de détailler, il estime que la douane perçoit plusieurs sorte de taxes à savoir les taxes propres qu’on appelle recettes à partager et des taxes spécifiques pour des produits comme le riz et les produits pétroliers. “Les objectifs sont atteints à 80% en ce qui concerne les recettes propres c’est-à-dire les recettes à partager.

Pour les recettes spécifiques comme la taxe unique, nous sommes à 53% pour les hydrocarbures et 32-34% pour l’Onicor raison pour laquelle, on parle de 62% dans la globalité. Dans le cadre de cette loi rectificative, le ministre des Finances propose que la douane collecte toutes les taxes sur les produits pétroliers” devait-il préciser.

A l’en croire, la société comorienne des Hydrocarbures (Shc) collecte les taxes sur les produits pétroliers avant de les restituer. Ce qui occasionnerait des cafouillages puisque la Sch collecte également celles qui sont liées au fond d’entretien routier, l’alimentation de l’armée nationale de développement (And), les subventions du gouvernement en matière de carburant et d’autres exonérations.

Par ailleurs, le directeur général des douanes partage la volonté de ne pas pousser trop loin en ce qui concerne les taxes douanières.
Trop d’impôts tuent l’impôt. Le président de la République nourrit le rêve de voir une douane dont les taxes seront au plus bas. Raison pour laquelle, nous devons améliorer la coopération avec l’administration générale des impôts et domaines (Agid) pour maximiser les taxes intérieures récoltées par cette dernière. De cette façon nous pourrons lutter contre l’informel en fournissant des informations exactes à l’Agid et en dévoilant ceux qui ne disposent pas d’un numéro d’identification fiscale a-t-il dit.

Pour lui, la pratique d’un taux de taxation élevé peut conduire à une augmentation des produits contrefaits. Il a par ailleurs relevé le climat constructif qui a prévalu lors de la rencontre avec les députés en saluant “une volonté de bien faire”.



AUTRES ACTUALITES

La Douane se défend «des accusations infondées» des commerçants

Souvent pointés du doigt par les commerçants au sujet de la hausse des prix dans le pays, les services des Douanes ont tenu à balayer “les accusations infondées”, précisant que les marchandises sont taxées en fonction de leurs valeurs définies par la loi. “Notre base de taxation se définit par rapport au coût de la marchandise, l’assurance et le fret”, a souligné le conseiller technique du directeur général, Ali Hamissi Moussa. Ce dernier n’aurait pas augmenté, mais serait “applicable conformément à l’arrêté ministériel qui a permis le maintien du frêt d’avant Covid”....LIRE LA SUITE

"Les taxes douanières n’ont pas changé depuis 2020"

La direction de la douane a tenu samedi dernier une conférence de presse pour rappeler les missions de cette institution publique, mais aussi parler des mesures prises depuis le début de la pandémie jusqu’aujourd’hui. Sans doute pour tenter de calmer les esprits en cette période de hausse généralisée des prix, surtout des produits de première nécessité....LIRE LA SUITE

Vente aux encheres publique au benefice de la Douane de Moroni

La Direction Générale des Douanes porte à la connaissance du public qu’une vente aux enchères aura lieu au centre douanier de Moroni port le samedi 26 mars 2022 sous l’entremise de l'huissier de la douane à partir de 9h 00 dans l'enceinte des Douanes de Moroni-Port.

...LIRE LA SUITE

COMMUNIQUE DES CONDOLEANCES

Le Directeur Général des Douanes et l’ensemble du Personnel de l’Administration des Douanes présentent leurs condoléances à la famille et aux proches de Monsieur ALI MDAHOMA décédé hier soir (mercredi 09 mars 2022) à Dimadjou Itsandra....LIRE LA SUITE

Les Comores adhèrent à la Convention de Kyoto révisée (CKR) et deviennent la 130ème Partie contractante à la Convention

Le 9 mars 2022, lors de la 28e réunion du Comité de gestion de la Convention de Kyoto révisée en cours, M. Kunio Mikuriya, Secrétaire général de l'Organisation mondiale des douanes (OMD), en sa qualité de dépositaire de la Convention, a reçu l'instrument d'adhésion de l'Union des Comores à la Convention internationale pour la simplification et l'harmonisation des régimes douaniers (Convention de Kyoto révisée - RKC) de SEM Mohamed Chatur BADAOUI, Ambassadeur de l'Union des Comores auprès du Royaume de Belgique, au siège de l'OMD à Bruxelles, Belgique....LIRE LA SUITE

Quatre douaniers partis en formation au Maroc

Dans le cadre de la politique de renforcement de capacité engagée par la Direction Générale des Douanes, quatre agents de la Douane comorienne se sont envolés ce dimanche 27 février pour une formation d’Inspecteur des Douanes à l’Instituts des Formations Douanières de Benslimane au Maroc.

...LIRE LA SUITE