Nos derniers articles: 01-02-2023 10:17 : Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF) 27-01-2023 09:41 : 70ème Journée Internationale de la Douane : Une célébration pleine de promesses 27-01-2023 09:52 : 26 janvier 2023 - 70ème journée internationale de la Douane 15-12-2022 06:58 : Contrôle des équipements électroniques I L’Anrtic et les Douanes signent un partenariat 14-12-2022 12:11 : Protocole d’accord sur la normalisation des équipements radioélectriques : La Douane et l’ANRTIC s’engagent à travailler ensemble. 06-12-2022 09:11 : Renforcement des capacités : Quatre douaniers diplômés au Maroc 03-12-2022 06:55 : Le Ministre des Finances, du Budget et du Secteur Bancaire a visité la Brigade des Douanes de Mutsamudu 01-12-2022 12:59 : Coopération douanière régionale : Les pays de l’océan Indien déterminés à travailler ensemble. 15-11-2022 01:18 : COMMUNIQUE 19-10-2022 08:41 : Réunion de travail des partenaires du port de Mutsamudu

Discours du chef de l’Etat, son excellence monsieur le président AZALI Assoumani à l’ouverture de l’Atelier national sur la lutte contre la corruption en milieu douanier et fiscal

24-08-2019 08:39
Honorable Assistance,
Mesdames et Messieurs,

La gouvernance démocratique de tout Etat aujourd’hui, est confrontée à des défis complexes dans son devoir de création des conditions d’un épanouissement du citoyen.


Elle doit constamment détecter les obstacles, identifier les blocages, neutraliser les lourdeurs, réinventer à chaque fois de nouveaux outils pour éviter le piège de l’immobilisme et de la stagnation, le regard constamment fixé sur la marche du monde.

Contrairement à autrefois, elle n’est plus entre les mains d’un seul homme. Elle est en partage. Le pouvoir est disséminé entre de multiples structures, chacune nécessaire et importante que l’autre. La coordination oriente, décide anime et sanctionne.

Ainsi, cet Atelier National sur la Lutte contre la Corruption en milieu douanier et fiscal qu’organise la présidence comorienne du Sous-Comité des Directeurs Généraux des Douanes de l’Union africaine, engage chacun de nous tous, chaque individu, chaque citoyen.

Il prolonge avec pertinence et gravité, la volonté de transparence, d’intégrité et de rigueur qu’insuffle le Gouvernement sur la marche des affaires publiques et sur l’environnement social.

Il est une introspection judicieuse pour mettre à nu ce fléau qui gangrène les sociétés, les économies, les pouvoirs publics et même l’âme humaine, à l’échelon mondial.

Mesdames et Messieurs,
Honorable Assistance,

La corruption est vieille comme le monde. Mais, elle n’a jamais été aussi dynamique, aussi tentaculaire, aussi effrayante qu’aujourd’hui dans tous les pays.

Elle est partout dénoncée. Elle est généralement combattue. On étale ses méfaits. Mais, c’est une gangrène qui prospère avec la démesure de l’’ambition humaine.

Elle détériore le climat des affaires, crée de la précarité et la misère, neutralise la puissance publique et affecte le fonctionnement de l’Etat. Dans sa nuisance, elle se banalise et s’intègre si facilement dans le geste quotidien. La corruption est un poison individuel et sociétal.

Mesdames et Messieurs,
Honorable Assistance,

Notre pays n’échappe pas à la contamination de la corruption. Il en crée lui-même aussi, dans son organisation, dans le fonctionnement de la société, dans les relations humaines. Tous les segments de la société peuvent en être affectés. On semble s’en accommoder parce que chacun la voit chez l’autre, pointe le doigt sur l’autre, oubliant ses propres manquements et sa propre déviation.

Alors, pour la circonscrire et la combattre, chacun doit travailler d’abord sur lui-même, renforcer son éthique personnelle, réinventer une loyauté et une fidélité aux principes qui garantissent la cohésion sociale, qui irriguent le potentiel de l’Etat, qui renforcent la citoyenneté et la croyance d’appartenir au même pays, pour le même destin.

L’Emergence, ce programme que j’ambitionne pour notre pays à l’horizon 2030, ne peut pas s’accommoder de corruption, de relâchement moral et professionnel dans la gestion de l’Etat. L’Etat démocratique, social et impartial que nous voulons construire, pour redonner de l’espoir à chacun et une égalité de chance à tous, est une œuvre commune. Son poids est sur les épaules de chacun, par la capacité à s’approprier la part d’engagement qui lui revient.

Mesdames et Messieurs,
Honorable Assistance,

Nous avons à construire un Etat stratège, modeste et moderne, souple et efficace, un Etat qui libère et protège pour être le fer de lance de notre bataille pour la prospérité économique, pour la construction d’une Nation comorienne, réconciliée avec elle-même. Ce travail gigantesque requiert volonté et abnégation, effort sans relâche, sacrifice et dévouement. Nous en sommes capables.

L’administration ne doit pas être ce monstre froid qui révulse ses usagers et freine leurs initiatives et leur créativité. Elle a le devoir de les comprendre et de les accompagner, pour sécuriser leur parcours et dynamiser leur confiance en soi.

Je vous le redis, l’Etat poursuivra sa traque contre la corruption. Il intensifiera son action parce que lutter contre la corruption, c’est agir chaque jour. Les structures dédiées doivent se remobiliser. Le contrôle administratif doit être permanent. La sanction administrative et pénale doit intervenir rapidement pour en finir avec la perception d’un sentiment d’impunité.

L’Etat doit alors être prompt à montrer l’exemple en sanctionnant ses agents et ses serviteurs chaque fois qu’un manquement aux procédures et aux normes est constaté. L’Etat doit protéger la société contre les prédateurs qui usent de leur pouvoir pour des intérêts personnels.

Mesdames et Messieurs,
Honorable Assistance,

Le monde globalisé dans lequel nous vivons est souvent insaisissable, toujours incertain. Il impose des règles et des attitudes pour harmoniser l’économie, faciliter les échanges, amplifier le commerce, libérer l’individu.

Ne pas les observer, c’est se marginaliser. Ne pas s’inscrire dans ce mouvement transformateur, c’est s’opposer à la marche du temps et s’exclure des échanges mondiaux.

L’Etat comorien qui est membre d’organisations régionales et internationales, participe aux mutations en cours pour redonner un nouveau visage à la communauté internationale.

La révision du Code des Douanes et l’élaboration des instruments d’adhésion à la CKR et à la ZLECAF qui seront soumis prochainement au vote des Députés, sont des exemples parmi tant d’autres.

Le plaidoyer à l’échelon africain de la Stratégie sur la Facilitation des Echanges en Afrique, piloté par notre Directeur Général des Douanes, en sa qualité de Président du Sous-Comité des Directeurs Généraux des Douanes de l’Union africaine, témoigne de la confiance renouvelée à notre pays.

Notre récente adhésion à la SADC comme notre participation au COMESA est un signal fort de notre engagement régional.

Notre Etat remodèle alors ses structures, améliore ses procédures, pour une meilleure intégration dans le monde au profit de sa population. Il honorera toujours ses engagements internationaux mais il agira pour ne pas subir la mondialisation.

Mesdames et Messieurs,
Honorable Assistance,

La lutte contre la corruption est un aspect majeur du combat pour le bien-être des populations. C’est un devoir moral qui nous interpelle. Sachons en être dignes pour nous-mêmes, pour notre pays et pour la communauté des Nations.

Mesdames et Messieurs,
Honorable Assistance,

Je déclare ouvert l’Atelier National sur la Lutte contre la Corruption en milieu douanier et fiscal et je vous souhaite d’excellents travaux.

Je vous remercie.




AUTRES ACTUALITES

Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF)

L’Assemblée de l’Union tient à partir de ce lundi 30 janvier, sa première session extraordinaire de l’année 2023. Parmi les dossiers à l’ordre du jour, le projet de loi autorisant le président de l’Union des Comores à ratifier l’accord portant création de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF)....LIRE LA SUITE

70ème Journée Internationale de la Douane : Une célébration pleine de promesses

Placé sous le Haut Patronage du Chef de l’Etat, Son Excellence Azali Assoumani, la 70ème Journée Internationale de la Douane, a été célébrée avec faste, ce Jeudi 26 janvier au Palais du peuple de Hamramba, dans la capitale comorienne. Un grand moment de communion qui a réuni, autour de l’Administration douanière, les membres du gouvernement, les missions diplomatiques et représentants des organisations internationales en poste en Union des Comores, les hautes autorités religieuses, les Directeurs des services généraux de l’Etat, des représentants des maires et élus municipaux et parmi le public, plusieurs notables, hommes et femmes représentant les régions du pays.

...LIRE LA SUITE

26 janvier 2023 - 70ème journée internationale de la Douane

L’OMD s’attachera en 2023 à accompagner la nouvelle génération par la promotion du partage des connaissances et le renforcement de la fierté de la profession douanière....LIRE LA SUITE

Contrôle des équipements électroniques I L’Anrtic et les Douanes signent un partenariat

La collaboration entre les deux institutions vise l’inspection et surtout la conformité des équipements et autres appareils électroniques importés aux règles internationales. Une commission mixte devrait voir le jour prochainement pour assurer le suivi de cet accord....LIRE LA SUITE

Protocole d’accord sur la normalisation des équipements radioélectriques : La Douane et l’ANRTIC s’engagent à travailler ensemble.

Moustoifa Hassani Mohamed, Directeur Général des Douanes, et son homologue de l’ANRTIC, Said Mouinou Ahamada, ont conclu un protocole d’accord qui les engagent à une action commune pour assurer la normalisation et la sécurisation des équipements radioélectriques entrant en Union des Comores....LIRE LA SUITE

Renforcement des capacités : Quatre douaniers diplômés au Maroc

Quatre agents de la Douane comorienne sont rentrés au pays en ce début du mois de décembre, avec leur diplôme d’Inspecteur obtenu à l’Institut des Formations Douanières de Benslimane au Maroc....LIRE LA SUITE