26 Janvier 2019 : Célébration de la Journée Internationale de la Douane 15 - 16 Février 2019 à Moroni : Réunion du bureau du sous comité de directeurs Généraux des Douanes de l'Union Africaine 18-22 Février 2019 : Atelier de sensibilisation sur la Convention de Kyoto Révisée 28 Février 2019 à Moroni : Atelier de sensibilisation sur la ZLECA 05 Mars 2019 : Atelier de sensibilisation sur la lutte contre la corruption

Contentieux douaniers I Les usagers de la douane appelés à se conformer au cadre réglementaire

31-12-2019 04:51
Le receveur central, Zaki Ben Salim, a fait savoir que l’importateur tout comme la douane peuvent faire des réclamations sur la valeur déclarée d’un produit. Mais, dit-il, la législation en vigueur a prévu des recours en cas de contentieux. «Les revendications des importateurs ne se font pas dans la rue», a-t-il souligné hier au cours d’un point de presse.

Les opérateurs, les commerçants et les autres usagers de la douane ont été appelés hier à se fier aux services compétents pour toute réclamation liée aux méthodes d’évaluation de la valeur de leurs produits et marchandises en instance de dédouanement dans les centres douaniers du pays. Cette mise au point des responsables de la douane intervient après que des opérateurs économiques eurent fait part, la semaine dernière, «de difficultés» avec certains inspecteurs-vérificateurs pour la détermination de la valeur en douane de leurs produits. Certains opérateurs économiques avaient soulevé, en conférence de presse, «des matraquages douaniers» supposés au sujet des tarifs appliqués sur les produits importés ou exportés.

«D’abord, la douane n’est pas là pour matraquer les gens mais pour appliquer des textes, si contestation il y a, elle doit se faire dans le cadre de la loi», a rétorqué le directeur adjoint de la douane, Chehi Halidi Mohamed, aux côtés du receveur central, Zaki Ben Salim.

Tout doit se faire dans le cadre de la loi

Ce dernier a solennellement appelé les usagers de la douane à se conformer à la procédure contentieuse, précisant que «les revendications des importateurs ne se font pas dans la rue» mais auprès des services compétents. «Les textes sont clairs là-dessus et tout doit se faire dans le cadre de la loi», a-t-il rappelé au cours de ce point de presse organisé hier à la direction générale des douanes. Le receveur central a fait savoir que l’importateur tout comme la douane peuvent faire des réclamations sur la valeur déclarée d’un produit. Mais, dit-il, le cadre réglementaire a prévu des recours en cas de contentieux. «Il y a un contrôle en différé, il y a aussi un service contentieux crée pour statuer sur des cas, pourquoi ne pas saisir les services concernés», s’est-il interrogé. «Même à la justice, si on s’est senti lésé en première instance, on saisit la Cour d’appel», a renchéri Chehi Halidi Mohamed. «Nous ne faisons qu’appliquer le Code des douanes en son article 35 et suivants», a ajouté Zaki Ben Salim.

Les deux responsables ont, par ailleurs, appelé la population à ne pas céder à «la campagne de désinformation» qu’entraineraient certains opérateurs de la place au sujet de la nomenclature tarifaire. A les entendre, les réformes engagées à la douane ces dernières années ont permis de neutraliser la fraude et promouvoir la transparence dans la chaine de dédouanement des marchandises à commencer au niveau du «Service valeur». Et que, selon le receveur central, cela ne serait pas du goût de certains.

«De toute façon, nous sommes sereins car jusqu’ici nous ne faisons qu’appliquer la loi et les dispositions réglementaires afférentes. Nous demandons aux opérateurs économiques à faire autant», a conclu Zaki Ben Salim.

A.S.Kemba : Alwatwan





AUTRES ACTUALITES

Visite du ministre des Finances au centre de Mutsamudu-Port

Comme à l’accoutumée après la célébration du nouvel an, le ministre des Finances, du Budget et du Secteur bancaire Said Ali Said Chayhane a profité de la cérémonie de levée du drapeau de ce mercredi 08 Janvier, pour rendre visite au personnel du centre de Mutsamudu-Port en présence du Chef de ce Centre Moustoifa Hassani et du Directeur Régional d’Anjouan Ahmed Houmadi....LIRE LA SUITE

Saïd Ali Saïd Chayhane : Le scanner répond d’abord à un besoin de sécurité de nos frontières

Le ministre des Finances a défendu, samedi dernier, le projet d’installation du scanner au port de Moroni et compte bien faire autant dans les autres ports du pays pour combattre la fraude en douane et surtout prévenir le pays à toute entrée ou sortie de produits prohibés par la loi....LIRE LA SUITE

CLÔTURE DE L'ATELIER DE FORMATION SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES: La douane en route pour la mise en place d’une GRH moderne

La douane de l’Union des Comores avait lancé une formation depuis cinq jours sur la gestion des ressources humaines. Le but était d’aller vers une modernisation de la gestion des ressources humaines....LIRE LA SUITE

Communiqué sur la vente aux enchères du 2 novembre 2019

La Direction Générale des Douanes porte à la connaissance du public qu’une vente aux enchères aura lieu au centre douanier de Moroni port le samedi 2 novembre 2019 sous l’entremise de maitre Mohamed Kole (huissier de la douane) à partir de 9h 00 dans la salle de l’autorité portuaire des Comores (APC)....LIRE LA SUITE

Douanes comoriennes: Souef Kamalidini félicite les douaniers et les appelle à persévérer dans "la révolution en cours"

Le directeur général des douanes s’est exprimé hier au Port de Moroni au cours d’une cérémonie dite de «levée de drapeau » au cours de laquelle, il est longuement revenu sur les réformes étamées depuis sa nomination à la tête de l’administration douanière en juin 2016....LIRE LA SUITE

Sous-Comité des douanes africaines Les Comores transmettent le flambeau à la République d’Ouganda

La cérémonie de remise du flambeau a eu lieu jeudi 20 septembre à Kampala en présence des directeurs généraux des douanes du continent, des hauts responsables de l’Union africaine et du secrétaire général de l’Organisation mondiale des douanes (Omd). Les Comores avaient assuré la présidence du Sous-comité des douanes africaines depuis septembre 2018 dans un contexte particulier marqué par l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf)....LIRE LA SUITE