30 Janvier 2020 : Célébration de la Journée Internationale de la Douane 2020 05 - 07 Février 2020 : Visite des marchandises concernant la vente aux enchères prévue le 08 Février 2020 08 Février 2020 : Vente aux enchères au centre douanier de Moroni port, sous l’entremise de maitre Mohamed Kole (huissier de la douane) à partir de 9h 00 dans la salle de l’autorité portuaire des Comores (APC)

Corruption en milieu douanier et fiscal : Le chef de l’Etat appelle à l’application stricte de la loi

26-08-2019 11:12
«Je vous le redis, l’Etat poursuivra sa traque contre la corruption. Il intensifiera son action parce que lutter contre la corruption, c’est agir chaque jour. Les structures dédiées doivent se remobiliser», a rappelé le chef de l’Etat. «Le contrôle administratif doit être permanent. La sanction administrative et pénale doit intervenir rapidement pour en finir avec la perception d’un sentiment d’impunité», a souligné Azali Assoumani dans son discours d’ouverture de l’atelier national contre la corruption organisé à Moroni les 23 et 24 août à Moroni.

La lutte contre la corruption est un aspect majeur du combat pour le bienêtre des populations. C’est un devoir moral qui nous interpelle. Sachons en être dignes pour nous-mêmes, pour notre pays et pour la communauté des Nations». C’est par ces mots, entre autres, que le chef de l’Etat a déclaré ouvert officiellement l’atelier national contre la corruption en milieu douanier et fiscal vendredi dernier à l’hôtel Retaj.

L’évènement avait mobilisé des membres du gouvernement, des représentants des organisations internationales, des cadres de l’administration, d’opérateurs économiques et des notables. Azali Assoumani a appelé ceux qui sont dans l’administration à se montrer exemplaires et à contribuer à combattre toute forme d’impunité pour les auteurs des faits de corruption. Le président s’est montré ferme face à un phénomène qui gangrène toutes les sociétés.

«Je vous le redis, l’Etat poursuivra sa traque contre la corruption. Il intensifiera son action parce que lutter contre la corruption, c’est agir chaque jour. Les structures dédiées doivent se remobiliser», a rappelé le chef de l’Etat. «Le contrôle administratif doit être permanent. La sanction administrative et pénale doit intervenir rapidement pour en finir avec la perception d’un sentiment d’impunité», a ajouté Azali Assoumani.

Organisé par la Direction générale des Douanes et l’Administration générale des impôts et domaines (AGID), l’atelier contre la corruption est l’une des recommandations phares issues de la 10ème réunion du Sous-comité des directeurs généraux des douanes de l’Union africaine organisée en septembre 2018 et dont les Comores assurent la présidence.

Les mesures de rigueur

Les administrations douanières du continent souhaitent mettre en orbite des instruments nouveaux de lutte contre un fléau qui «éloigne les investisseurs, isole le pays et freine le développement», comme l’a rappelé le slogan officiel de l’atelier.

«Le gouvernement comorien fait de la lutte contre la corruption une grande priorité nationale dans sa politique d’assainissement des mœurs financières, de promotion de la gouvernance économique et d’attractivité d’investisseurs et hommes d’affaires étrangers dont l’Union des Comores a besoin pour atteindre ses objectifs de pays émergent à l’horizon 2030», indique un communiqué de presse rendu public la veille de l’évènement.

Dans son intervention, le Mufti de la République est revenu lui aussi sur les méfaits de la corruption, appelant à une campagne d’éducation et de sensibilisation à l’endroit de tous les segments de la société.

L’atelier était organisé autour de quatre thématiques à savoir «la corruption comme étant un fléau mortel, la corruption en milieu douanier, la corruption en milieu fiscal et la cartographie en matière de risque contre la corruption». Les travaux techniques en atelier avaient réunis le lendemain des acteurs des douanes et des impôts. Le ministre des Finances, Saïd Ali Saïd Chayhane s’est félicité de la tenue d’un atelier qui permettra de lutter contre un phénomène qui sape les efforts de développement des Etats africains.

Se fondant sur un rapport de la Banque mondiale, le ministre annonce que «1500 milliards de dollars de pots de vin par an sont versés par les individus et les sociétés, soient près 2% du Pib mondial et dix fois plus que le montant total de l’aide publique au développement».

De son côté le directeur général des douanes, Souef Kamalidini, a annoncé la poursuite des mesures de rigueur à la douane, expliquant vouloir aller plus loin dans le combat contre la corruption. «Je suis convaincu que les recommandations qui sortiront des travaux de cet atelier, seront examinées avec bienveillance, pour être des outils du combat contre la corruption», a-t-il ajouté, remerciant le chef de l’Etat «dont la présence effective» constitue, selon lui, «un encouragement mais aussi un engagement» dans le combat contre la corruption sous toutes ses formes. Plusieurs recommandations allant dans le sens du renforcement du dispositif de veille et de contrôle des ressources publiques, des mesures de sanctions, de la promotion de l’éthique et de l’amélioration des conditions de vie des agents douaniers et fiscaux ont été entérinées par l’ensemble des acteurs concernés après les travaux techniques d’échanges sur le phénomène. «Je tiens à vous assurer que constamment et toujours, nous donnerons le meilleur de nous-mêmes, dans la loyauté et la fidélité, pour la réussite de notre pays et pour son rayonnement international sous votre guide éclairée», a conclu le patron des douanes comoriennes.

Source: A.S. Kemba (ALWATWAN : n° 3745 du Lundi 26 Août 2019)





AUTRES ACTUALITES

Communiqué sur la vente aux enchères du 8 Août 2020

La Direction Générale des Douanes porte à la connaissance du public qu’une vente aux enchères aura lieu au centre douanier de Moroni port le samedi 8 Août 2020 sous l’entremise de Maitre Mohamed Kole (huissier de la douane) à partir de 9h 00 dans la salle de l’Autorité Portuaire des Comores (APC)....LIRE LA SUITE

Coronavirus : Un couloir humanitaire exceptionnel depuis le début de la crise sanitaire

Des mesures spéciales et des procédures simplifiées ont été arrêtées pour faciliter le déchargement des matériels sanitaires, des équipements médicaux et des autres produits commandés dans le cadre de la crise. Il s’agit du même dispositif mis en place en 2019 après le cyclone Kenneth....LIRE LA SUITE

MEILLEURS VŒUX DE L’AID ELFITR 1441

Le Directeur Général des Douanes et l’ensemble du Personnel de l’Administration Générale des Douanes vous présentent leurs vœux de bonheur, de santé et de réussite à l’occasion de l’Aid Elfitr 1441 (H) / 2020 (G)....LIRE LA SUITE

RAMADAN MUBARAK

Le Directeur Général et l’ensemble du personnel des services des douanes vous souhaitent un Ramadan béni et paisible.
Le mois de Ramadan constitue un moment privilégié de prière, de recueillement, de partage et de tolérance....LIRE LA SUITE

COVID-19/MESURES D’ACCOMPAGNEMENT: Une première évaluation jugée ‘‘satisfaisante’’ par les autorités douanières

Mesures barrières, facilitation des opérations de dédouanement des marchandises, respect de la mesure d’abattement de 30%, protection des agents, le directeur général des douanes, Souef Kamalidini, a rencontré les douaniers au centre Mutsamudu-Port et des responsables de l’organisation Ankiba, le principal groupement d’opérateurs économiques de l’île de Ndzuani pour une première évaluation des mesures d’accompagnement annoncées par le chef de l’Etat....LIRE LA SUITE

1er trimestre 2020 : l’Administration Générale des Douanes a dépassé les objectifs assignés par le ministère des finances, du budget et du secteur bancaire

Au titre des recettes douanières du 1er trimestre 2020, l’Administration des Douanes a consolidé et amélioré la collecte des recettes avec un taux de 105.54 % de réalisation sur les prévisions soit un montant de 5 milliards 433 millions de francs. Ce montant n’inclut pas les recettes douanières réalisées dans le cadre des taxes uniques perçues sur les produits pétroliers et le riz ordinaire qui s’élèvent à 1 milliard 563 millions de francs et qui ramènent le montant total des droits et taxes à 6 milliards 996 millions....LIRE LA SUITE