26 Janvier 2019 : Célébration de la Journée Internationale de la Douane 15 - 16 Février 2019 à Moroni : Réunion du bureau du sous comité de directeurs Généraux des Douanes de l'Union Africaine 18-22 Février 2019 : Atelier de sensibilisation sur la Convention de Kyoto Révisée 28 Février 2019 à Moroni : Atelier de sensibilisation sur la ZLECA 05 Mars 2019 : Atelier de sensibilisation sur la lutte contre la corruption

Environnement/ Interdiction du plastique : Plus de mille cartons saisis par la Brigade des douanes

08-08-2019 11:19
Cette guerre contre les plastiques a été lancée depuis fin 2018 aux fins de protéger l’environnement après l’adoption de la loi N°17- 011/AU, portant «interdiction de la production, l’importation, la commercialisation et la distribution des emballages et sachets en plastique non biodégradables», d’après le chef du centre douanier de Moroni-Port, Nassuri Ibrahim. Il s’agit, d’après le fonctionnaire, de faire respecter la loi et de s’aligner aux efforts de la communauté scientifique internationale dans le combat pour la sauvegarde de l’environnement.

Les services des douanes comoriennes ont saisi et bloqué, depuis fin 2018 jusqu’aujourd’hui, plus de mille cartons d’emballages et de sachets plastiques identifiés dans des containers de commerçants pour la plupart. Les cartons en question sont confinés dans des magasins par la Brigade des douanes. Il s’agit des matières plastiques dédiées à l’emballage de différents produits. Selon le chef du centre douanier de Moroni-Port, Nassuri Ibrahim, cette guerre contre les plastiques a été lancée depuis fin 2018 aux fins de protéger l’environnement après l’adoption de la loi N°17- 011/AU, portant «interdiction de la production, l’importation, la commercialisation et la distribution des emballages et sachets en plastique non biodégradables». Il s’agit, d’après le fonctionnaire, de faire respecter cette loi et de s’aligner aux efforts de la communauté scientifique internationale dans le combat pour la sauvegarde de l’environnement.

La loi sera appliquée à la lettre

«C’est une mission qui touche toutes les couches sociales. Il est important que chacun se comporte en responsable face à ce sujet. Certes, au niveau de la douane, nous appliquons ladite loi mais ça ne doit pas se limiter sur l’entrée de ces matières plastiques. C’est une question aussi de conscience pour protéger l’environnement», a-t-il insisté. Nassuri Ibrahim a ensuite rassuré que ces contrôles sont loin d’être périodiques car la protection de l’environnement commence d’abord à la douane, bien que les fraudeurs ne cessent tous les jours d’inventer des échappatoires. «Nos agents sont parfois insultés pour vouloir appliquer ladite loi. Ce qui montre que la meilleure solution est la sensibilisation. Il est important que ceux qui travaillent dans le secteur privé commencent à songer à substituer le plastique parce que la loi portant interdiction du plastique existe et elle sera appliquée à la lettre», a-t-il rappelé.

A l’entendre, une baisse des importations a été constatée ces derniers temps au niveau de la Brigade même si les sachets en plastique existent encore sur le marché. «C’est à d’autres institutions de lancer la guerre du plastique au niveau du marché. Nous contrôlons scrupuleusement les containers, mais le mieux est l’accompagnement de tout le monde. C’est ce qui nous permettra de laisser aux générations futures un environnement moins pollué», a-t-il indiqué, précisant que les sachets (actuellement) dans le marché sont ceux importés bien avant l’adoption de la loi.

Que faire de ces plastiques saisis ?

Le chef du centre douanier de Moroni-Port a, par ailleurs, expliqué les difficultés pour gérer plus de mille cartons confisqués. «Brûler ces plastiques, ce serait encore de la pollution de l’air. Alors, nous devons chercher une solution adéquate pour se débarrasser de ces cartons. Car, il n’est pas question de laisser entrer ces plastiques. Le secteur privé doit songer à des sachets et emballages biodégradables», a-t-il encore insisté. Plusieurs douaniers ont sollicité l’application de cette loi avec les amendes prévues pour pousser les commerçants et les vendeurs ambulants à importer des matières biodégradables. La loi N°17- 011/AU a été adoptée il y a un peu plus de deux ans et promulguée il y a exactement un an et neuf mois. Les éventuels contrevenants encourent des sanctions de trois mois à cinq ans d’emprisonnement et d’une amende allant de 100.000 francs à 10 millions ou l’une de ces deux peines. Les mesures contenues dans cette loi encouragent l’utilisation des emballages et des sachets biodégradables.

source: Alwatwan



AUTRES ACTUALITES

Sous-Comité des douanes africaines Les Comores transmettent le flambeau à la République d’Ouganda

La cérémonie de remise du flambeau a eu lieu jeudi 20 septembre à Kampala en présence des directeurs généraux des douanes du continent, des hauts responsables de l’Union africaine et du secrétaire général de l’Organisation mondiale des douanes (Omd). Les Comores avaient assuré la présidence du Sous-comité des douanes africaines depuis septembre 2018 dans un contexte particulier marqué par l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf)....LIRE LA SUITE

Les Directeurs généraux des douanes de l'Union africaine abordent le rôle des douanes dans l'Accord établissant la zone de libre-échange continentale africaine

Sur invitation de l'Union Africaine (UA) et de M. Dicksons Kateshumbwa, commissaire aux douanes de l'autorité fiscale ougandaise (AFO) et président du Conseil de l'Organisation Mondiale des Douanes (OMD), le Secrétaire général de l'OMD, Kunio Mikuriya, a assisté à la 11ème réunion ordinaire du Sous-Comité des Directeurs Généraux des Douanes de l'Union Africaine (SCDGDUA), tenu à Kampala (Ouganda) les 19 et 20 septembre 2019....LIRE LA SUITE

Intégration économique en Afrique: La Zlecaf au coeur de la 11ème réunion des patrons des douanes à Kampala

La cérémonie officielle a été ouverte hier par le premier ministre ougandais, représentant le président Yoweri Museveni. Les délégués des 54 pays du continent ont assisté à la passation du mandat du Sous-comité des directeurs généraux des douanes de l’Union africaine (Scdgdua). Les Comores cèdent la place à la République d’Ouganda....LIRE LA SUITE

Douanes africaines /11ème réunion ordinaire du SCDGDUA Les travaux des experts prennent fin ce matin à Kampala

Après trois jours de débats, les experts et délégués des 54 douanes africaines ont passé en revue l’ensemble des activités réalisées ou en cours de réalisation après la 10ème réunion organisée à Moroni en septembre 2018. Le directeur général des douanes comoriennes, Souef Kamalidini, président en exercice du Sous-Comité, devrait présenter le rapport final ce matin à ses homologues du continent avant la cérémonie officielle en présence du président ougandais Yoweri Museveni....LIRE LA SUITE

Le mot du président du Sous-Comité des Directeurs Généraux des Douanes de l'Union Africaine

Excellence Monsieur le Président de la République d’Ouganda
Excellence Monsieur le Commissaire au Commerce et à l’Industrie de la Commission de l’Union africaine
Excellence Monsieur le Secrétaire général de l’Organisation Mondiale des douanes
Monsieur la Commissaire générale de l’Administration fiscale de l’Uganda
Messieurs les Directeurs généraux et les commissaires des douanes
Mesdames et messieurs les représentants des organisations internationales et régionales
Mesdames et messieurs les experts des douanes et de la Division du Commerce de l’Union africaine...LIRE LA SUITE

Le rapport technique adopté hier par les experts

Ouverte par M. Dicksons Kateshumbwa, président du Conseil de l’OMD et commissaire aux douanes de l’Administration fiscale ougandaise le 16 septembre dernier, la réunion des experts des Douanes de l’union africaine se poursuit dans les meilleurs des conditions. Durant trois jours de travail, ils ont adopté un rapport comme à la coutume qui sera soumis aujourd’hui aux directeurs généraux des douanes pour validation définitive....LIRE LA SUITE