30 Janvier 2020 : Célébration de la Journée Internationale de la Douane 2020 05 - 07 Février 2020 : Visite des marchandises concernant la vente aux enchères prévue le 08 Février 2020 08 Février 2020 : Vente aux enchères au centre douanier de Moroni port, sous l’entremise de maitre Mohamed Kole (huissier de la douane) à partir de 9h 00 dans la salle de l’autorité portuaire des Comores (APC)

Environnement/ Interdiction du plastique : Plus de mille cartons saisis par la Brigade des douanes

08-08-2019 11:19
Cette guerre contre les plastiques a été lancée depuis fin 2018 aux fins de protéger l’environnement après l’adoption de la loi N°17- 011/AU, portant «interdiction de la production, l’importation, la commercialisation et la distribution des emballages et sachets en plastique non biodégradables», d’après le chef du centre douanier de Moroni-Port, Nassuri Ibrahim. Il s’agit, d’après le fonctionnaire, de faire respecter la loi et de s’aligner aux efforts de la communauté scientifique internationale dans le combat pour la sauvegarde de l’environnement.

Les services des douanes comoriennes ont saisi et bloqué, depuis fin 2018 jusqu’aujourd’hui, plus de mille cartons d’emballages et de sachets plastiques identifiés dans des containers de commerçants pour la plupart. Les cartons en question sont confinés dans des magasins par la Brigade des douanes. Il s’agit des matières plastiques dédiées à l’emballage de différents produits. Selon le chef du centre douanier de Moroni-Port, Nassuri Ibrahim, cette guerre contre les plastiques a été lancée depuis fin 2018 aux fins de protéger l’environnement après l’adoption de la loi N°17- 011/AU, portant «interdiction de la production, l’importation, la commercialisation et la distribution des emballages et sachets en plastique non biodégradables». Il s’agit, d’après le fonctionnaire, de faire respecter cette loi et de s’aligner aux efforts de la communauté scientifique internationale dans le combat pour la sauvegarde de l’environnement.

La loi sera appliquée à la lettre

«C’est une mission qui touche toutes les couches sociales. Il est important que chacun se comporte en responsable face à ce sujet. Certes, au niveau de la douane, nous appliquons ladite loi mais ça ne doit pas se limiter sur l’entrée de ces matières plastiques. C’est une question aussi de conscience pour protéger l’environnement», a-t-il insisté. Nassuri Ibrahim a ensuite rassuré que ces contrôles sont loin d’être périodiques car la protection de l’environnement commence d’abord à la douane, bien que les fraudeurs ne cessent tous les jours d’inventer des échappatoires. «Nos agents sont parfois insultés pour vouloir appliquer ladite loi. Ce qui montre que la meilleure solution est la sensibilisation. Il est important que ceux qui travaillent dans le secteur privé commencent à songer à substituer le plastique parce que la loi portant interdiction du plastique existe et elle sera appliquée à la lettre», a-t-il rappelé.

A l’entendre, une baisse des importations a été constatée ces derniers temps au niveau de la Brigade même si les sachets en plastique existent encore sur le marché. «C’est à d’autres institutions de lancer la guerre du plastique au niveau du marché. Nous contrôlons scrupuleusement les containers, mais le mieux est l’accompagnement de tout le monde. C’est ce qui nous permettra de laisser aux générations futures un environnement moins pollué», a-t-il indiqué, précisant que les sachets (actuellement) dans le marché sont ceux importés bien avant l’adoption de la loi.

Que faire de ces plastiques saisis ?

Le chef du centre douanier de Moroni-Port a, par ailleurs, expliqué les difficultés pour gérer plus de mille cartons confisqués. «Brûler ces plastiques, ce serait encore de la pollution de l’air. Alors, nous devons chercher une solution adéquate pour se débarrasser de ces cartons. Car, il n’est pas question de laisser entrer ces plastiques. Le secteur privé doit songer à des sachets et emballages biodégradables», a-t-il encore insisté. Plusieurs douaniers ont sollicité l’application de cette loi avec les amendes prévues pour pousser les commerçants et les vendeurs ambulants à importer des matières biodégradables. La loi N°17- 011/AU a été adoptée il y a un peu plus de deux ans et promulguée il y a exactement un an et neuf mois. Les éventuels contrevenants encourent des sanctions de trois mois à cinq ans d’emprisonnement et d’une amende allant de 100.000 francs à 10 millions ou l’une de ces deux peines. Les mesures contenues dans cette loi encouragent l’utilisation des emballages et des sachets biodégradables.

source: Alwatwan



AUTRES ACTUALITES

Communiqué sur la vente aux enchères du 8 Août 2020

La Direction Générale des Douanes porte à la connaissance du public qu’une vente aux enchères aura lieu au centre douanier de Moroni port le samedi 8 Août 2020 sous l’entremise de Maitre Mohamed Kole (huissier de la douane) à partir de 9h 00 dans la salle de l’Autorité Portuaire des Comores (APC)....LIRE LA SUITE

Coronavirus : Un couloir humanitaire exceptionnel depuis le début de la crise sanitaire

Des mesures spéciales et des procédures simplifiées ont été arrêtées pour faciliter le déchargement des matériels sanitaires, des équipements médicaux et des autres produits commandés dans le cadre de la crise. Il s’agit du même dispositif mis en place en 2019 après le cyclone Kenneth....LIRE LA SUITE

MEILLEURS VŒUX DE L’AID ELFITR 1441

Le Directeur Général des Douanes et l’ensemble du Personnel de l’Administration Générale des Douanes vous présentent leurs vœux de bonheur, de santé et de réussite à l’occasion de l’Aid Elfitr 1441 (H) / 2020 (G)....LIRE LA SUITE

RAMADAN MUBARAK

Le Directeur Général et l’ensemble du personnel des services des douanes vous souhaitent un Ramadan béni et paisible.
Le mois de Ramadan constitue un moment privilégié de prière, de recueillement, de partage et de tolérance....LIRE LA SUITE

COVID-19/MESURES D’ACCOMPAGNEMENT: Une première évaluation jugée ‘‘satisfaisante’’ par les autorités douanières

Mesures barrières, facilitation des opérations de dédouanement des marchandises, respect de la mesure d’abattement de 30%, protection des agents, le directeur général des douanes, Souef Kamalidini, a rencontré les douaniers au centre Mutsamudu-Port et des responsables de l’organisation Ankiba, le principal groupement d’opérateurs économiques de l’île de Ndzuani pour une première évaluation des mesures d’accompagnement annoncées par le chef de l’Etat....LIRE LA SUITE

1er trimestre 2020 : l’Administration Générale des Douanes a dépassé les objectifs assignés par le ministère des finances, du budget et du secteur bancaire

Au titre des recettes douanières du 1er trimestre 2020, l’Administration des Douanes a consolidé et amélioré la collecte des recettes avec un taux de 105.54 % de réalisation sur les prévisions soit un montant de 5 milliards 433 millions de francs. Ce montant n’inclut pas les recettes douanières réalisées dans le cadre des taxes uniques perçues sur les produits pétroliers et le riz ordinaire qui s’élèvent à 1 milliard 563 millions de francs et qui ramènent le montant total des droits et taxes à 6 milliards 996 millions....LIRE LA SUITE